FONDATION MEONI : L'AUTRE DEFI

Africa Eco Race 2018
Publié le jeu 18/01/2018 - 17:06
Google+

FONDATION MEONI : L'AUTRE DEFI

La 10ème édition de l'Africa Eco Race s'est officiellement achevée ce dimanche 14 janvier 2018 au Lac Rose. Tous les concurrents ont été félicités comme il se doit après plus de 6000 kilomètres parcourus à travers le Maroc, la Mauritanie et le Sénégal. 

Mais pour certains l'aventure ne s'arrête pas là. Car l'Africa Eco Race tient aussi à venir en aide aux populations africaines les plus défavorisées, un défi que les concurrents ont décidé de relever depuis plusieurs années maintenant et qui va encore continuer longtemps.

Plusieurs missions pour un même but
Qu'ils fassent partie de l'organisation ou bien des concurrents, beaucoup de participants se sont à nouveau investis dans des missions humanitaires cette année. A commencer par l'organisateur qui en partenariat avec l'AMADE (Association Mondiale des Amis De l'Enfance fondée en 1963 par la Princesse Grace de Monaco) a distribué des lampes solaires portables dans les écoles sans électricité. En Mauritanie principalement, le réseau électrique en milieu rural est encore très précaire, c'est pourquoi 1000 lampes (500 pour la Mauritanie et 500 pour le Sénégal) ont été mises à disposition afin de permettre aux enfants d'étudier la nuit tombée. Une action doublement solidaire puisque ces lampes solaires sont fabriquées au Burkina Faso par la société LAGAZEL développant ainsi l'économie locale en créant 100 emplois rien que pour cette activité. 

logo4000.jpg           lagazel.jpg

A Tawas en Mauritanie lors de la 9ème étape, Jean-Louis Schlesser et son fils Anthony on pris le temps d'aller distribuer 40 lampes dans une école isolée, à trois kilomètres du réseau électrique le plus proche. Un geste qui tenait déjà à cœur à Thierry Sabine à son époque et que Jean-Louis a tenu à faire grandir à travers les années et son expérience en Afrique.

d109b8f3-7680-47bd-9ad7-3786e77dddcd.jpg

Egalement, la distribution des cadeaux de Lydia Truglio Beaumont (FRA/HONDA) qui n'était malheureusement pas là suite à sa chute lors de la 3ème étape, mais le Staff d'Organisation a tout délivré aux enfants.

IMG_5283.JPG

Pour ce qui est du Sénégal, 500 Lampes solaires portables fabriquées au Burkina Faso par la société LAGAZEL ont été distribuées, notamment à l'école Mbengane près de dakar où Lydia Truglio Beaumont avait également préparé de nombreux cadeaux, ce qui a fait le bonheur des enfants.

27017122_1991250427557345_236313961_o.jpg

L'héritage de Fabrizio Meoni
Parmi les autres missions humanitaires organisées autour de l'Africa Eco Race il y a celle d'un ancien pilote moto. Fabrizio Meoni a remporté le Dakar en 2001 et 2002 avant de décéder des suites d'une chute en 2005. L'italien avait alors lancé une opération solidaire en hommage à l'Afrique qui "lui a tant donné qu'il était normal de lui rendre quelque chose en retour". Depuis 2015 ce sont les concurrents de l'Africa Eco Race qui continuent d'œuvrer pour la fondation Meoni au Sénégal.
Cette année les camions de l'assistance étaient particulièrement chargés en cartons pour l'humanitaire. A Dakar certains pilotes moto ont tenu à s'associer à la fondation Meoni pour remettre des fournitures scolaires et autres jouets qu'ils ont pu rassembler avant de prendre la route. Depuis deux ans maintenant, Julia Schrenk (concurrente en 2014, membre de l'association « Education 4 Future » et Pal Anders Ullevalseter (NOR/KTM) se rendent dans les établissements soutenus par la fondation afin de faire perdurer l'héritage de Fabrizio Meoni. 

_ALX9324_0.jpg

Et avec eux, Lydia Truglio Beaumont (FRA/HONDA), Joao Rolo (POR/KTM) et Frédéric Barlerin (FRA/KTM) ont apporté leur contribution dans un centre médical et une école dans la ville de Fissel située à 130 kilomètres de Dakar.
Au lendemain du podium au Lac Rose, Julia et Frédéric ont pris à nouveau la route pour déposer les fournitures eux-mêmes. Une aventure dans l'aventure car il leur a fallu trois heures de route pour s'y rendre dans l'après-midi... Une expédition riche en émotions en découvrant encore un peu plus les paysages sénégalais plus à l'Ouest dans un décors de savane de plus en plus sauvage. Une fois sur place, le président du comité de santé, Saliou Faye leur a fait visiter les infrastructures servant aux habitants dans un périmètre de 16 kilomètres.

GOPR0180_0.jpeg


Le centre médical ouvert 7 jours sur 7 et 24h sur 24, accueille plus de cinquante personnes par jour juste pour les consultations. Sept personnes travaillent à temps plein pour venir en aide aux familles. Des installations précaires dans un bâtiment trop vieux de 66 ans permettent tout de même d'offrir des soins de qualité dans la région.

GOPR0172.JPG

Pharmacie, salles d'observation et de vaccination... le centre s'agrandit grâce aux dons et est très fier de son ambulance offerte par l'association One Love.

GOPR0166.JPG


Un peu plus loin, les visiteurs du jour découvrent la maternité. 99 accouchements par mois dans une salle où le matériel semble dater d'un autre siècle... Les règles d'hygiène sont respectées grâce à un stérilisateur, et c'est un incinérateur qui se charge de brûler les seringues et autres ustensiles usagés afin de ne rien laisser à porter de main des enfants.
Dans la salle de repos, deux femmes ont donné naissance il y a quelques heures et elles se reposent brièvement avant de rentrer chez elles, même pour celle qui a eu des jumeaux.

GOPR0169.JPG


Pour finir, direction l'école des Touts-Petits qui accueille 170 élèves de 2 à 6 ans pour 3 professeurs. "Nous fabriquons nos propres jouets grâce à tout ce que l'on peut récupérer" explique la directrice, ravie de recevoir les fournitures apportés par Frédéric et Julia, "nous sommes ravis de vous voir, merci de participer à l'évolution de nos enfants."

Servir les écoles de Dakar
Cahiers, stylos, jouets, bracelets, peluches, ballons... Les caisses étaient bien lourdes ce mardi matin avant de se vider dans les trois écoles de Dakar soutenus par la fondation Méoni. Pal Anders Ullevalseter a encore pu compter sur Julia et Frédéric pour l'aider mais aussi sur ses deux protégés, Kristian Felix Jensen (NOR/KTM) et Marius Helmersen (NOR/KTM), ainsi que tout son staff. Tous se sont donnés à fond dans cette opération, prenant le temps de jouer et de visiter les infrastructures.

GOPR0189.jpeg

Le double vainqueur de l'Africa Eco Race a déjà beaucoup fait avancer les choses même si il trouve que ça prend du temps, lui qui a été choqué en découvrant une école en très mauvais état et sans toit lors de sa première visite en 2015. Grâce à 30 000 euros de dons, il a permis de refaire le sol il y a deux ans et la construction d'un toit il y a un an. Aujourd'hui il constate qu'il reste encore énormément à faire : "mon principal objectif est de leur amener l'électricité, ils n'ont pas de lumière ni de ventilateur, c'est compliqué de voir les enfants étudier dans ces conditions."
Quelques kilomètres plus loin dans l'école "Muresti & Meoni", une bibliothèque et une infirmerie sont en construction. De grandes avancées dans ces quartiers où les enfants n'ont pas tous la chance d'avoir des livres ou même des crayons que l'école ne parvient pas toujours à leur fournir.

_ALX9031.jpg

Et quel bonheur pour les enfants de recevoir les cadeaux du Team Ullevalseter, remerciant leurs bienfaiteurs en chanson, célébrant la joie du moment en dansant et emmenant avec eux toute l'équipe norvégienne, Julia et Frédéric dans leur chorégraphie enchantée.

La plus belle des récompenses pour ceux qui ont déjà hâte de revenir à Dakar l'année prochaine, et pas que pour terminer la 11ème édition de l'Africa Eco Race.